MR & MRS SMITH

mretmrssmith.jpg

Brad Pitt, le beau gosse d’Hollywood que seul son pote George Clooney peut concurrencer, et Angelina Jolie, la mère Teresa d’Hollywood (en plus poumonnée), sont ensemble. Ils ont même des enfants ensemble. Si, si, Voici, Gala, Closer, 50 mn inside, tous le disent et le répètent à tour de bras. Bon d’accord, mais c’est quoi, le lien avec le cinéma ? Eh bien, c’est ce Mr et Mrs Smith, sur lequel les tourtereaux se sont enamourachés. Et à voir le film, c’est peut-être ce qu’il a apporté de mieux à son public. Avec la réjouissance de voir 2 personnes sortir du cadre de la simple cinématographie pour batifoler l’air de rien devant des caméras devenues inexistantes.

mrandmrssmith04.jpg

Doug Liman torche un produit à la gloire de ses deux têtes d’affiches, en voulant jouer de la représentation qu’on peut se faire d’eux : Lara Croft pour Jolie, et, allez, Spy game pour Pitt. Histoire de corser l’affaire, il plonge ces images spectrales dans un milieu plus ancré dans la réalité, et pour cause : le quotidien d’un mariage en perdition. Le pitch est posé, et d’emblée, on ne peut faire l’impasse sur l’affiliation avec La Guerre des Rose, autrement plus subversif et couillu que cette triste course de je-t’aime-moi-non-plus.

mrmrssmith2005058.jpg

Bref, de pitch, il ne sera question que de cela, puisque le scénario pourrait tenir sur la lèvre inférieure d’Angelina. Le jeu de cache-cache (qui me rappelle, là tout de suite, Banzaï…) va inévitablement se faire jour, et la suite enquille les poncifs sans sourciller. Liman tente bien de dynamiter l’ennui du spectateur en usant et abusant de pyrotechnie (quand même, Michael Douglas écrasant le toutou à sa dadame, c’était bien plus “poilant” que Pitt et Jolie se mettre sur la tronche avec le dernier cri en matière d’armement!), mais rien n’y fait, d’autant que les quelques SFX disséminés dans l’image accusent le coup. Tout cela n’a aucun intérêt, à ce point que le réalisateur en semble lui-même persuadé si l’on en juge à un final littéralement abandonné, déserté par une équipe déjà occupée à célébrer l’union des amants.

mrmrssmith3.jpg

Reste que, rétrospectivement, nous aussi on a envie de fêter cet amour naissant. Parce qu’il est, semble-t-il, dans chaque regard échangé, dans le sourire d’une sincérité confondante d’Angelina, dans l’attitude de coq de Brad. On arrive aux limites du documentaire quand on appréhende les courtes séquences chez le psy de couple. Mr & Mrs Smith prend tout d’un coup, autour de ces détails que seul le spectateur languissant saura déceler, une dimension autre, qui n’en fait pas un film à ranger sur ses étagères entre Citizen Kane et Légionnaire, mais qui fait plaisir. Pour eux, du moins, parce que pour nous, en soi, on s’en fout.

image4.jpg

Et le générique à peine entamé, on s’en va aux toilettes où, tiens, Brad et Angelina nous accompagnent encore à travers le nouveau numéro de Public acheté par madame. Ils seraient en crise…dingue, non ? c’est ce qu’on appelle du service après-vente.

Image de prévisualisation YouTube

Laisser un commentaire




les HIERARCHIES divines |
Pivotfj |
Festival Communautaire du F... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ça tourne chez Lorang
| AnamorphoZ
| Top Movizs