INCEPTION, par Sébastien Bourgois

10122010
inceptionmovie.jpeg

Difficile de parler d’Inception sans en dévoiler les ressorts, ni entamer de débats sur les multiples possibilités d’interprétation qu’amène la conclusion.
Près de dix ans auront été nécessaires à l’écriture du projet. Peu d’informations auront filtré avant la sortie du film et la première bande-annonce diffusée entretenait le mystère. C’est donc avec beaucoup d’interrogations que nous entamons le visionnage.

inceptionmoviestill13.png

Christopher Nolan met rapidement en place les briques de son intrigue : une opération consistant à pénétrer le subconscient d’un individu pendant son sommeil pour y implanter une idée en créant l’architecture de ses rêves afin d’y intervenir et de le manipuler.

inceptionmovie3.jpg

Les premiers instants du film laissent présager d’une intrigue très (trop ?) complexe ; il n’en est rien car Nolan prend le temps, au travers de l’initiation d’Ariane, d’exposer les rouages et les règles de l’inception.

Le thème du rêve, s’il a déjà été abordé à de nombreuses reprises à l’écran (Dark City, Matrix…), est ici traité avec une intelligence rare. A la manière de poupées gigognes, les différentes strates de l’intrigue s’imbriquent parfaitement les unes dans les autres.
inceptionleonardodicaprio535x312.jpg

Le casting est sans faille : aux côtés d’un Di Caprio, qui après Shutter Island confirme son penchant pour les personnages torturés, à la psychologie instable, on retrouve une brochette de jeunes acteurs particulièrement inspirés, parmi lesquels Joseph Gordon-Levitt, Cillian Murphy (Batman Begins), Tom Hardy (prochainement dans Mad Max IV), Ellen Page (Juno) et Marion Cotillard (parfaite en femme fatale, cocorico). Une jeune génération d’acteurs prometteurs, encadrée des vieux briscards tels que Tom Berenger qu’on avait pas revu depuis bien longtemps et Michael Caïne qui troque , le temps d’un film, son costume de majordome à la solde de Bruce Wayne pour incarner le père de Cobb.

inceptionmoviereviewleonardodicapriojpg01c818d1f848f6b8large.jpg

Inception est un de ces films où les effets spéciaux sont mis au service de l’histoire. A l’heure de la 3D et de la surenchère d’effets numériques, Nolan parvient à nous éblouir par quelques touches, quelques éclairs de génie qu’il distille tout au long de son métrage (le premier rêve d’Ariane et Cobb, le rêve en apesanteur d’Arthur,…). La puissante partition de Hans Zimmer vient sublimer l’ensemble qui ne souffre d’aucun temps mort.

inception.jpg

Si l’expérience requiert quand même une certaine attention de la part du spectateur, elle est haletante, vertigineuse et éblouissante de maîtrise de la part de Nolan qui confirme son statut de grand metteur en scène après le sombre The Dark Knight et le tortueux Memento. On sort de la projection en ayant la conviction d’avoir assisté à un film qui fera date dans l’histoire du cinéma. Il a réussi son inception en parvenant à instiller dans notre esprit, en l’espace de 2h30 d’un film qui ne semble durer que 7 minutes et 30 secondes, l’idée que Inception est sans conteste la grande réussite de cette année 2010 ; osons même dire de la décennie.

Sébastien Bourgois

inceptionmoviebanner.jpg




THE DARK KNIGHT

16112010
thedarkknight1.jpg

Enterrez les visions poétique de Tim Burton et gay-attitude de Joel Schumacher : Christopher Nolan impose la sienne comme étant la plus fidèle au matériau d’origine, et l’inscrit dans un contexte socio-politique ultra-réaliste qui fait du bien au genre super-hero movie. Non que le diptyque de Burton soit mauvais (pour celui de Schumi, par contre…), mais trop marqué par la patte du réal d’Edward Scissorhands pour offrir aux comics geeks le Batman qu’ils réclament. Nolan revient aux origines et fait du Cape Crusader et ses ennemis des hommes profondément schizophréniques, hantés par une violence qui ne demande qu’à surgir et alimenter un chaos grandissant. Le chaos : c’est le grand mot de ce film.

18960311.jpg

De l’entrée en matière à sa chute, The Dark Knight montre un monde en totale perdition, sans aucun repère sur lequel se rattacher, comme un bateau en pleine tempête scrutant la côte à la recherche d’un phare. La tempête, ici, c’est le Joker, véritable monstre de cinéma, mal absolu en ce qu’il a d’humain, méchant paroxystique interprété par un Heath Ledger assurant à lui seul le spectacle, renvoyant l’interprétation de Nicholson à de la gabegie. Le Joker cristallise toutes les angoisses de l’Amérique moderne, le terrorisme, la violence gratuite, la perte de l’innocence, la chute irrémédiable du Bien, cette dernière notion incarnée parfaitement par Aaron Eckart dans le rôle d’Harvey Dent. Et pourtant…

wzheathledgerthedarkknightbatmant4t3yht58.jpg

Car Nolan et son frère ont tissé un scénario d’une densité folle qui rappelle à bien des égards les plus grands films de Scorsese. Ils parviennent à dresser des identités fluctuantes, toujours sur le fil entre le bien et le mal : Batman fait lui-même preuve d’une violence sourde et se voit imputé la responsabilité du Mal qui gangrène Gotham ; quant à Harvey Dent, il passera du côté obscur en devenant Pile-ou-Face. Les relations entre protagonistes se complexifient et ne peuvent être immuables. Pourtant, le metteur en scène mythifie les principaux personnages, à mi-chemin entre la légende arthurienne et la tragédie antique, et leur confère ainsi cette aura que Raimi s’est acharné à défaire de son Spiderman (3).

batmanthedarkknightjocker1.jpg

Ce Dark Knight échappe à toute tentative de spatialisation ou datation : Gotham reste une ville imaginaire, vivant à une époque floue, qui se pare de modernisme, visuellement, mais traitée par Nolan comme une cité antique. S’il opte pour un réalisme parfois gêné par un montage pas toujours judicieux, les apparitions fantomatiques du Batman (à travers un champ-contre champ légitimé à la fois par les écoles du réalisme et celles du fantastique) porte le métrage vers une dimension qui dépasse le strict cadre de l’urbanisme à la Michael Mann (qui inspire de nombreux plans et une vision de la ville hypnotique).

2087883134fbc8d26260o.jpg
Bien sûr, The Dark Knight n’est pas le film parfait qu’on bien voulu voir les Américains (tout simplement parce que le film s’adresse à eux et qu’ils ne peuvent qu’y être réceptifS) : trop dialogué parfois alors que l’image peut suffire, des scènes d’action en deçà de nos attentes (aussi spectaculaires soient-elles !), et un doublage français qui fait peur au début (elle a une bronchite, la chauve-souris ?!) avant de comprendre l’importance d’un détail ignoré dans tous les films de super-héros.                                                                                                                                     Mais voilà, The Dark Knight est un film-somme, un projet énorme qui aboutit dans sa globalité, tenu par un casting concerné, depuis le figurant jusqu’aux têtes d’affiches, mis en scène de façon déconcertante mais ô combien convaincante. Ajoutez à cela une ligne musicale qui cerne la personnalité tragico-héroïque du Chevalier Noir, et vous obtenez là un des plus grands films de la décennie. En prime, de véritables espoirs pour un troisième opus inévitable et salivant.

darknurselg.jpg







les HIERARCHIES divines |
Pivotfj |
Festival Communautaire du F... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ça tourne chez Lorang
| AnamorphoZ
| Top Movizs