MARLEY ET MOI

19042011

marleyetmoi.jpg

Le Chien est le meilleur ami de l’homme, et le cinéma tient régulièrement à nous le faire savoir, quitte à entériner un nouveau genre, le film canin. Point commun entre Volt, Palace pour chiens, Le chihuahua de Beverly Hills, et Marley et moi ? la médiocrité, un manque d’originalité frappant jusqu’aux titres français ; plus encore, concernant le métrage de David Frankel, une idéologie douteuse (un bien grand mot, me direz-vous) et parfaitement dans l’air du temps : le repli sur soi et une misanthropie galopante.

3648582tvugc.jpg
En soi, Marley et moi ne fera de mal à personne. Défini comme une comédie, le film ne fait sourire qu’à de rares moments, à l’instar du précédent travail de Frankel, Le Diable s’habille en Prada. Forcément, les gags (si on peut appeler ça ainsi) mettant en scène des humains confrontés à un chien sont légions et c’est sans vergogne mais surtout sans vitalité que le réalisateur se jette sur ces ‘passages obligés’ (Marley est incontrôlable en promenade, casse tout par peur de l’orage, mange tout ce qui se passe près de sa gueule). Ce n’est peut-être pas l’intérêt majeur du film, le chien faisant surtout figure de catalyseur des relations humaines, cependant voilà déjà un aspect passablement raté.

19017384.jpg
Ce qui sauve Marley et moi du naufrage, c’est la place accordée à l’humain, Frankel choisissant de faire du labrador l’élément déclencheur d’une vie, professionnelle, amoureuse, familiale. Le couple formé par un Owen Wilson toujours aussi chien battu ou ahuri et une Jennifer Aniston qui devrait attaquer en justice son chirurgien plastique pour malfaçon, fonctionne plus ou moins bien, mais leurs pérégrinations du quotidien manquent cruellement d’originalité, d’où la question : quel est l’intérêt de l’article, du bouquin, appelons-le comme on voudra, à l’origine de ce film. Pas un fait divers, pas de rebondissements fracassants, juste une vie tournant autour d’un clebs faisant ce que tous les autres clebs du monde ont fait avant lui. Le regard de l’homme sur la bête et ses conséquences, me direz-vous ? parlons-en.

marleyetmoimarleyme04032009251220082g.jpg
Cinématographiquement parlant, Marley et moi est ce qu’il peut se faire de plus simple, de plus rapide à la production, à Hollywood. Un produit calibré, prévendu, comme certains ne passent même pas les portes des salles obscures. Ce qu’il propose comme fond de pensée est assez inédit pour un film aussi anodin et inoffensif : car la morale de cette histoire canine consiste en une idéologie communautaire, où l’homme se replie sur lui-même, avec sa famille, pour fuir la masse informe de l’humanité. La palme de la démagogie revient à ce comparatif hallucinant et nauséeux entre Marley et le meilleur ami du héros, ce dernier l’ayant ‘abandonné’ au profit de sa carrière et de la gent féminine alors que le premier aura été d’une fidélité légendaire, et au détour d’une courte séquence de retrouvailles, on touche du doigt l’incroyable mépris soudain du réalisateur pour les relations humaines, mettant à bas la psychologie complexe qui fait notre être pour ériger en modèle le comportement du chien à l’égard de son maître. Quant à la dernière partie, insidieusement lacrymo-tractée, elle met un point final à cette leçon de misanthropie, à cette nouvelle ode au chacun pour soi et nos amis les bêtes.

marleywilsonaniston.jpg
Nul doute que Marley et moi aura rencontré un franc succès, le marché de l’émotion animalière étant florissant, le public se contrefoutant de la mort d’un SDF au bas de leur immeuble, s’émouvant de celle d’un animal sur grand écran. Quoi, ça aussi, c’est démago ?? oui, mais moi, je l’assume. Parler de cynisme pour ce film, un drôle de paradoxe…

Image de prévisualisation YouTube




THE MIST

13042011

themistaffiche.jpg

 

On n’en finit plus d’adapter les nouvelles et romans de Stephen King, et Frank Darabont s’est apparemment spécialisé dans le «genre», puisqu’après les Evadés (une réussite) et la Ligne verte (un ratage démago, n’en déplaise à beaucoup), voilà qu’il s’attaque à la nouvelle Brume, petit monument de terreur au pitch unique (quoique, un bâtiment assiégé par des monstres, hum hum…). Au final, The Mist est un juste putain de film.

 

themist002.jpg

 

En 1/4 d’heure, la mise en place nous coince avec les personnages dans cette supérette devant laquelle squatte un brouillard dont il faudra encore un peu attendre pour découvrir ce qu’il recouvre. La caractérisation des personnages évite la caricature qui n’a rien de définitive, par exemple le bouseux bourru prêt à mettre sur la couenne de quiconque, qui laisse ses corones au vestiaire dès que le monstre apparaît, qui se laissera submerger par le fanatisme religieux. Tout cela afin d’évoquer la faille identitaire d’un peuple (allez, au pif, les Ricains ?) confronté à l’inattendu, thème décidément bien en vogue (Cloverfield) qui prouve que le cinéma d’épouvante reprend ses droits critiques abandonnés depuis trop longtemps.

 

mist1b23d0.jpg

 

La charge contre le fanatisme religieux justement : là, Darabont n’y va pas de main morte, et alors qu’on s’attendait à un film où les monstres bouffent tout le monde tous les 1/4 d’heure, on se rend compte, au travers d’un cheminement certes long mais savamment progressif, qu’il y a peut-être plus à craindre à l’intérieur du magasin qu’à l’extérieur. Le personnage de Marcia Gay Harden donne d’abord envie de rire, puis nous énerve, et finalement effraie, un effroi lié plus à la crédulité aveugle des autres personnages qu’à sa réelle folie. Et cette dénonciation implacable aboutit à un dénouement d’une noirceur abyssale, à la fois bouleversant et d’une ironie qu’on trouverait presque déplacé si elle n’en disait pas aussi long sur la nature humaine, et finalement sur la soit-disant volonté de Dieu.

 

movietriviathemistmarciagayhardenandwilliamsadler1.jpg

 

Afin de mieux coller à cette atmosphère d’apocalypse qui évoque de manière à peine voilée l’Amérique post-11 septembre, Darabont opte pour une mise en scène ultra-réaliste, à coups de caméra à l’épaule et de zooms courts et brutaux, façon reportage de guerre. Le moins que l’on puisse dire, c’est que le spectateur est plongé au coeur même de l’intrigue, protagoniste à part entière de cet échantillon représentatif de l’humanité, confronté à une situation fantastique (au sens strict, instillé par l’histoire même – l’invasion du surnaturel dans le naturel) qui fait ressortir la bestialité de l’homme.

 

themisthaut233637793cthaq1731.jpg

 

Malgré un casting légèrement décevant (le jeu de certains acteurs aurait gagné à plus de profondeur)et des CGI pourris (heureusement d’une part masqués par la brume, d’autre part relativement rares, Darabont étant plus intéressé par l’humain), THE MIST s’avère un vrai chef-d’oeuvre, pendant naturel et nécessaire de La Guerre des Mondes de Spielberg pour comprendre le monde d’aujourd’hui : l’homme y est dépossédé de son pouvoir pour se retrouver confronté à lui-même, à sa part sombre. Le reste, la « fin », est une question de sensibilité.

 

Image de prévisualisation YouTube

 

 




ANGES ET DEMONS

6042011

angesetdemons.jpg

Le pape Jean-Paul II ayant été rappelé par les trompettes des anges, Hollywood s’est précipité pour profiter de cette nouvelle ferveur chrétienne, se jetant comme un mort de faim sur les bouillies littéraires de Dan Brown, dont on leur reconnaîtra malgré tout une efficacité propre à satisfaire les masses (comprenez les fans de Jean-Pierre Pernault à travers le monde). Après le poussif Da Vinci Code, Ron Howard et Tom Hanks (on ne change pas une équipe qui perd) remettent le pied à l’étrier pour… faire pire, ce qui en soi peut être perçu comme un exploit, un miracle. Leur Anges et Démons est aussi intéressant que la lecture des Evangiles par un athée bègue.

angesetdemons7.jpg

Parce que c’est bien de cela qu’il s’agit, avant même de voir la qualité même du film : c’est cet opportunisme hypocrite dans lequel se complait l’équipe au complet, d’un Tom Hanks ahuri et boursouflé traînant ses kilos en trop à la recherche du temps béni des films à Oscars, d’un Ron Howard ne prêchant que pour sa seule paroisse – celle du dollar facile -, d’un Hans Zimmer qui se fait plaisir à composer avec des choeurs aussi désincarnés que le scénario. Le sujet est traité par dessus la jambe, par la grâce de raccourcis démentiels, de ficelles grosses comme des cierges, et une complaisance sans borne (voir en cela les supplices en désaccord formelle avec la menace édictée, ou encore cette manie de frelater les mises à mort les moins spectaculaires).

angesetdemons31.jpg

On se sent en fait perdu, à la recherche constante d’un point d’ancrage, d’une ligne directrice, qui soit autre que ce pseudo suspense à la Se7en qui voit Tom Hanks arriver toujours avec un train de retard, malgré sa haute culture et ses déductions à en faire pâlir les héros d’Agatha Christie. La fonction didactique d’une telle intrigue serait exemplaire si ces messieurs de la plume hollywoodienne ne s’empressaient pas de tout saccager à peine l’intérêt éveillé. Croyant produire un tour de force en situant l’action au coeur même du Vatican et ses rouages troubles (une topographie toute horizontale), Howard et ses scénaristes oublient de nuancer un personnage central pour en faire une espèce de Kaiser Sozë dont on a tôt fait de découvrir le secret, tant la caractérisation tourne à la caricature.

angesetdemons3.jpg

Tout aussi mou que son prédécesseur, Anges et Démons s’affirme encore plus mauvais, par l’absence d’enjeu véritable (une course contre la montre, John McClane en court 5 en un film), par l’absence de personnages forts (avec une nuance pour Armin Mueller-Stahl), et surtout par l’absence d’une mise en scène idoine, bien trop lisse là où un réalisateur de la trempe de Paul Greengrass aurait apporté nervosité et rythme. Ainsi fait, Anges et Démons ressemble à une grabataire parti prier à Lourdes pour un miracle. Malheureusement, pas de miracle ici : comme on dit, Howard a vu la vierge…

Image de prévisualisation YouTube




DA VINCI CODE

6042011

davincicodefilmposter.jpg

Le bouquin de Dan Brown, je l’ai dévoré en 5 jours : déroulement en chasse au trésor, secret absolument incroyable, argumentation, pour les profanes, très persuasive. On en oublie que c’est écrit comme un best-seller d’aujourd’hui (comprenez commercial, et sans personnalité) et que l’intérêt pour le livre fond comme neige au soleil après lecture. Mais l’intelligence du roman consiste en cela qu’il pousse le lecteur à s’interroger sur le complot historique, sur sa véracité et sur celles des preuves avancées ; bref une remise en question de l’histoire, même et surtout religieuse, et une revalorisation, dans le même esprit, de la femme, ce dont elles ont bien besoin de nos jours.

18code1600.jpg
Le film à présent : sans être la purge annoncée, le film reste dans l’ensemble mauvais, mais pas nécessairement par faute de ses artisans. L’intrigue est bêtement plaquée sur celle du livre qui procéde d’un découpage scénaristique mais qui aurait besoin d’un véritable travail d’adaptation. En gros, voir le film revient à relire le bouquin (effet de surprise nul, suspense inexistant). Les rebondissements s’enchaînent automatiquement, voulant aller au plus vite, au risque de laisser dans l’ombre certains aspects essentiels à la compréhension.

1187028471davincicode04.jpg
Les acteurs font de leur mieux, en vain, pour capter notre attention. Quant à la musique de Zimmer, ça me fait mal de dire ça, mais elle semble en constant décalage avec l’image, en tous cas ne la soutient pas, malgré de réels efforts pour sacraliser l’ensemble.

vinci460x276.jpg
Ce n’est donc pas une bouse, c’est passablement regardable, pour peu que l’on n’ait pas lu le livre. Dans le cas contraire, le film apparaît comme une invitation à la lecture : on s’y ennuie moins, et on évite le ridicule qui perce parfois dans le film.

Image de prévisualisation YouTube

 




IRREVERSIBLE

1042011

irreversible17836.jpg

 

« Coquille vide et nauséeuse », « du Céline sans l’étincelle d’humanité. Il ne reste que la crasse », « un petit pas pour le cinéma, un grand pas pour la barbarie », « lors de la scène du viol, des spectateurs ont crié : c’est scandaleux, c’est une honte. Vous êtes des malades ». D’autres ont menacé Gaspar Noé de lui mettre sur la gueule, parce qu’il faisait injure au cinéma. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’IRREVERSIBLE ne laisse pas indifférent. Et il faut bien avouer que Noé met tout en oeuvre pour obtenir un tel résultat : boîte gay appelé Le Rectum glauque à souhait où l’on se fiste l’anus et où l’on se sodomise dans des coins sous des lumières infernales, musique éprouvante, filmage virevoltant au point de ne pas comprendre l’image, bas-fonds de la capitale et ses travelos, et point d’orgue : le viol en plan fixe de 15 mn de la sublimissime Monica Bellucci. Et après, plus rien…soudain, le vide…

irreversiblephoto04hires.jpg

Reprenons : si l’on mélange tout cela, oui : IRREVERSIBLE est un amas de vomi éructé à la face d’un spectateur plus habitué à voir le Disney annuel en famille et à s’extasier devant la dernière comédie française à la mode que de s’infliger du Pasolini ou du Breillat. Première erreur, parce que derrière ce magma semble-t-il informe accentué par une caméra balbutiante, en mouvement perpétuel et hasardeux, ne captant que par fragment les situations filmées en plans-séquences, derrière donc se cache une structure, une architecture même, révélée par la brillante idée de l’inversion scénaristique, l’occasion pour le réalisateur également de s’affranchir de toute accusation d’apologie de la loi du talion : d’abord parce qu’il abandonne le spectateur à son propre ressenti lors des climax, en posant la caméra au sol, en le rendant alors complice, voyeur ; ensuite, parce que le montage ne donne aucune justification à la vengeance (que l’on ne sait d’ailleurs pas être une vengeance au moment où on en voit l’accomplissement).

irreversible1.jpg

Et cette mise en scène que les récalcitrants auront conspué avant le premier quart d’heure ne prend sens que par rapport à son évolution au fil du métrage. Si le plan-séquence constitue la figure grammaticale centrale, pour ne pas dire unique, la manipulation de la caméra révèle une atmosphère, un état d’esprit, le niveau de contrôle de la situation, l’animalité, la pulsion, le hasard, et globalement, sur la longueur, le passage d’un enfer à un paradis. Problème temporel, qui est au centre du film, comme l’explicite le panneau final : l’enfer, s’il est passé pour le spectateur et pour le film, est l’avenir des personnages, du moins leur présent, tandis que ce paradis est celui de Milton, perdu, définitivement, malgré cette ouverture lumineuse, bouleversante séquence magnifiée par l’allegretto de la 7e symphonie de Beethoven. Chez Noé, le happy-end n’a pas lieu d’être, et si Seul contre tous, son précédent essai, pouvait laisser lui aussi sur la fin une impression d’ouverture, le cinéaste abat cette dernière dans le prologue où il fait astucieusement la jonction entre ses films, à l’instar de Kubrick, modèle déclaré au travers d’un poster de 2001 accroché au-dessus du lit de Cassel et Bellucci.

02irreversiblecanalplus1.jpg

Evidemment, cette référence n’est pas anodine, d’autant que cette affiche met en avant le fameux foetus astral, la naissance du surhomme nietzschéen, et l’espoir d’une nouvelle humanité qui, chez Noé, prend sens autour de la notion de sexualité qui traverse tout le film, passant par toutes les déviances pour ne finir que sur le couple Vincent-Monica, tellement simple, tellement vrai (tellement que Cassel, dans la séquence de la fête, se présente en tant que Vincent et non Marcus !!), tellement évident, qu’on en oublie presque le caractère fictif ce l’histoire. On passe alors sur la maladresse de Noé concernant les prémonitions, élément qui n’apporte rien stricto sensu à l’étude du travail du Temps, pour ne garder en tête que ce fol espoir, réduit à néant plus tôt mais révélé au final pour que l’homme ne sombre dans la folie et la désespérance.

3907768ajjya.jpg

Ne retenons pas uniquement la volonté évidente de choquer, qui reste pour moi salutaire ; allons plus loin que la surface de l’image, essayons de comprendre la viscéralité de la mise en scène ; IRREVERSIBLE est un film majeur, une claque dans la gueule qui nous rappelle que le cinéma, ce n’est pas nécessairement un échappatoire à la réalité, mais peut-être un exutoire, un moyen de réflexion (dans tous les sens du terme) sur la société et sur l’homme. « Parce que le Temps détruit tout. Parce que certains actes sont irréparables. Parce que l’homme est un animal. Parce que le désir de vengeance est une pulsion naturelle. Parce que la perte de l’être aimé détruit comme la foudre. Parce que l’amour est source de vie. Parce que toute histoire s’écrit avec du sperme et du sang. Parce que les prémonitions ne changent pas le cours des choses. Parce que le Temps révèle tout. Le pire et le meilleur. »

Il y aurait encore beaucoup à dire sur IRREVERSIBLE, mais laissons le film parler de lui-même…

Image de prévisualisation YouTube







les HIERARCHIES divines |
Pivotfj |
Festival Communautaire du F... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ça tourne chez Lorang
| AnamorphoZ
| Top Movizs